L’industrie du disque face au streaming

Une évolution : des vinyles au streaming

L’évolution de la technologie a pris une tendance vertigineuse. On se rappelle l’époque des cassettes audio et des vinyles il y a plus de deux décennies. Les CDs ont par la suite fait leur petit bonhomme de chemin mais leur épopée ne sera que de courte durée. D’abord, les premiers sites offrant des téléchargements gratuits de musiques au format mp3 en ligne ont mis à mal l’hégémonie quasi totale du CD et causé des pertes énormes à l’industrie du disque. Puis, des restrictions relatives à la protection des droits des auteurs des œuvres phonographiques telles que la loi Hadopi ont poussé de nouvelles plateformes à émerger. Elles se sont mises à proposer des œuvres musicales audios comme vidéos à écouter en flux direct et dans la mesure du possible à télécharger.

Un combat perdu à l’avance.

Aujourd’hui encore plus, les ventes de disques sont en chute libre. Concrètement, il ne reste que très peu de gens qui achètent encore des CDs pour écouter de la musique et même la génération des anciens qui ne veut pas rester en marge de l’aire du temps. Les chiffres sont donc en faveur du streaming : plus de 55% du chiffre d’affaires total des ventes d’œuvres phonographiques produisant des revenus. Les ventes de CDs ne représentent plus que 45% du chiffre d’affaires total. Le constat est plutôt amer car il faut signaler que de 2016 à 2017 par exemple, il a été vendu 18% de moins de CDs. Paradoxalement, les ventes de vinyles ont crevé le plafond en comptabilisant une hausse des ventes de plus de 71%.

Avec le streaming audio qui a augmenté de +28% et le streaming vidéo qui connait une forte progression de +32%, l’industrie du disque ne sera bientôt plus de la partie.

Leave a Reply