Le streaming face au droit d’auteur

Le Parlement Européen a récemment voté (le 12 septembre 2018), une loi modifiant la législation en vigueur en matière de droit d’auteur, et qui est qualifiée par certains détracteurs comme liberticide. Mais quelles que soient les motivations ou les implications à long terme, il est intéressant de voir comment cette loi affecte la relation, déjà ténue, que le streaming musical entretient avec le droit d’auteur.

Le streaming musical, une question épineuse

En règle générale, les plateformes de streaming n’ont pas de problèmes évidents avec le droit d’auteur. Les morceaux qui y sont proposés ne sont téléversés qu’avec l’approbation des auteurs. Et souvent, ces derniers sont rémunérés pour chaque écoute de leurs créations sur lesdites plateformes. C’est le cas avec des sites comme iTunes, Spotify ou même Qobuz.

La pratique commence à poser problème avec les sites qui proposent du streaming musical gratuit. Certains de ces sites n’hésitent d’ailleurs pas à se procurer les morceaux par des moyens illicites, ne respectant en aucun cas le droit d’auteur dont disposent normalement les artistes. Et dans le cadre de cette nouvelle loi, de tels sites devraient être encore plus surveillés par les autorités de régulation… mais pas uniquement.

Une question d’argent

En avril 2018, Spotify faisait l’acquisition d’une entreprise du nom de Loudr (entendre « Louder », qui signifie plus fort en anglais). Spotify a toujours eu, depuis son lancement, quelques ratés en matière de gestion des droits des auteurs dont ils publient les morceaux. C’est pour palier à ces manquements que l’équipe de Loudr a été invitée à rejoindre la grande famille. Cette équipe spécialisée devrait être en mesure d’aider le géant du streaming à mieux lire les métadonnées et ainsi mieux gérer les rémunérations.

Rappelons que l’entreprise a plusieurs fois été accusée de ne pas avoir rémunéré des ayants droits. C’était le cas en décembre 2017, au moment où Wixen Publishing réclamait 1,6 milliards de dollars à la plateforme.

Leave a Reply